dimanche 20 novembre 2011

ZAT à Montpellier : inauguration de l'hôtel de ville

Le Monstre du Loch Lez, l'hôtel de ville à Montpellier et la Zone Artistique Temporaire aux bords du Lez

Hôtel de Ville à MontpellierC'est fois-ci, les Montpelliérains et leurs amis avaient droit à assister à une ZAT - Zone Artistique Temporaire - encore plus spéciale que ses deux prédécesseurs : elle ne consistait pas seulement dans de diverses performances artistiques comme toujours très originales, mais aussi dans l'inauguration du nouveau hôtel de ville. Et le comble : le jour de l'apparition du Monstre du Loch Lez, prédit par Nostradamus, l'illustre étudiant à la faculté de Montpellier, était venu.

Selon la prédiction, le Monstre du Loch Lez - dont personne ne sait si ses intentions envers les Montpelliérains sont pacifiques ou méchantes - aurait dû faire son apparition au moment qui réunissait onze fois le chiffre 1 : le 11 novembre 2011, à 11 heures, 11 minutes et 1 seconde.

Les Montpelliérains étaient au rendez-vous, le spectacle aussi. Le Monstre, par contre, hésite toujours... "Serait-il trop timide pour confronter la prédiction et les habitants de Montpellier ?", commente une dame interrogée par l'équipe de Montpellier Presse Online. "J'ai assisté à la plupart des spectacles", ajoute-t-elle avec humour, "Il y en avait qui étaient monstrueux. Mais je ne sais pas s'ils ont plu au Monstre de Loch Lez."


Zone Artistique Temporaire : Zat à MontpellierCe qui, par contre, a plu aux Montpelliérains était la cellule d'enquête instaurée par la mairie de Montpellier et l'intervention de divers spécialistes de monstruosité. Ainsi, Olaf Nitche, monstrologue de Düsseldorf en Allemagne, perché sur une île de livres, a expliqué au public ce qui distingue les monstres des êtres "normaux". Les différences, selon lui, ne sont pas énormes - il y a juste la question de la taille. Il faudrait s'imaginer l'effet d'une mouche haute de trente mètres... et déjà, on saurait ce qu'on ressent face à un monstre. Bref, un monstre est un être d'un aspect dont nous n'avons pas l'habitude...

Il y avait même un témoin qui a vu le monstre - ou presque. En effet, ce n'était pas Mehdi Demmoua, un étudiant de Saint-Clément-de-Rivière, qui a rencontré le Monstre du Loch Lez, mais son père. Saïd Demmoua, le père de Mehdi, a disparu en 1991 pour réapparaître 111 jours plus tard - et il a vu le Monstre. Personne ne l'a cru, sauf son fils... qui a saisi l'occasion de la ZAT pour raconter l'histoire de son père et, surtout, solliciter le Monstre de se montrer pour que les gens croient enfin le récit de celui qui a vu le Monstre de Montpellier.

L'équipe de Montpellier Presse Online a souhaité savoir ce qui était le plus important pour les Montpelliérains : cette troisième édition de la Zone Artistique Temporaire, l'apparition - ou non-apparition - du Monstre du Loch Lez ou l'inauguration de la nouvelle mairie.

"J'adore les ZATs", confie une dame d'une cinquantaine d'années à Montpellier Presse Online. "J'ai profité de toutes les ZATs, jusqu'à maintenant, j'y suis allé tous les jours. Et j'ai l'intention d'aller voir aussi les ZATs des dix ans prochains."

Une dame d'une trentaine d'années préfère le Monstre de Loch Lez. "Le monstre, bien sûr", assure-t-elle, "c'est lui qui m'intéresse. Il faut connaître les habitants de notre ville, même du souterrain, même s'ils ne se montrent pas tous les jours."

Un Monsieur un peu plus âgé qu'elle n'aime pas ce genre d'humour. "Tout ce spectacle pour attirer le regard des Montpelliérains sur la nouvelle mairie. Elle a déjà coûté une fortune au contribuable, est-ce vraiment nécessaire de faire toute cette mise en scène pour l'inauguration ?"

Montpellier : le monstre de loch lezUne étudiante récemment arrivée de la région parisienne est impressionnée. "J'imagine que, pour les Montpelliérains, c'est l'inauguration de l'hôtel de ville qui est le plus important. Je ne suis pas experte dans la matière, mais je crois qu'il est unique dans son genre, écologique est tout."

"Elle vous plaît ?" - L'étudiante sourit. "Franchement, non."

Que le goût est une chose qui se discute est aussi l'avis d'un Monsieur d'une soixantaine d'années. "Je sais qu'à Montpellier, on n'a pas le droit de le dire. Mais personnellement, la nouvelle mairie ne me plaît pas. On se sent perdu dans la halle d'entrée, elle semble froide. On se sent mal accueilli. Elle a l'air sombre, presque sinistre."

Une dame d'une trentaine d'années ne mâche pas ses mots : "Que les Montpelliérains ont-ils fait pour mériter une mairie aussi moche ?" et un jeune homme, plus prudent dans le choix de ses mots, déclare : "Le concept du bâtiment est très méritoire et servira d'exemple pour d'autres villes. Montpellier sera encore cité comme ville écologique. Mais l'aspect ne satisfera pas tout le monde."

Toutefois, il y a certains points où toutes les personnes interrogées était d'accord : "À Montpellier, il se passe toujours quelque chose. On ne s'y ennuie jamais." Et : "On ne peut pas dire qu'on vit dans une ville inconnue. Tout le monde a déjà entendu parlé de Montpellier. C'est sans doute une ville de superlatives." Et finalement : "La troisième ZAT était fabuleuse. Si, maintenant, la nouvelle mairie est aussi fabuleuse, on verra..."
Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire