jeudi 16 février 2017

10ème Journées de Cinéma Suisse

Christine Bolliger : Un week-end de films à Montpellier


« Savez-vous qui est Jean-Luc Godard ? » Le couple d’une cinquantaine d’années se regarde comme si on lui jouait un tour. « Vous êtes la caméra invisible ou quoi ? » le monsieur essaie-t-il de blaguer. Et la dame : « Avez-vous déjà vu un cinéma de l’intérieur pour poser une question aussi bête ? »

Bien sûr qu’ils connaissent Jean-Luc Godard, comme chacun qui aime le cinéma. Mais quand on leur demande sa nationalité, les gens de Montpellier sont déjà beaucoup moins sûrs d’eux.

« Français », déclare le monsieur, persuadé. Sa femme, par contre, hésite. « Je ne crois pas. Québec ? »

Les idées vont de français, passent par belge, canadien, vont jusqu’à américain… Juste une vingtaine pour cent des personnes interrogées par Les Gens de Montpellier savent qu’il était d’origine suisse.

Malgré tout, le cinéma suisse souffre de la même méconnaissance que son fils le plus réputé : peu de gens sont informés de son existence : de ses formes, ses contenus, ses sujets.

Malgré tout, parce qu’il y a des grands noms comme Alain Tanner ou Claude Goretta, icônes de la fin du dernier siècle. Malgré tout, parce que le cinéma suisse a reçu de nombreux prix à Berlin ou Vénice, et parce qu’il est bien connu parmi les distributeurs des Oscars et Césars. Malgré tout, parce que, avec ses trois langues principales, il fait partie des cinémas les plus riches et diversifiés du monde.

Et malgré tout, à Montpellier, parce que, depuis dix ans, Christine Bolliger et son équipe présentent, chaque février, les « Journées de Cinéma Suisse ». Et une chose est sûre : après avoir assisté à un de ces longs week-ends, aucun cinéphile n’oublie plus la richesse, diversité et, en même temps, ce style clair et honnête du cinéma made chez nos voisins.

Toutefois, on pourrait presque dire que Christine Bolliger et les autres responsables du choix des films « trichent » un petit peu. Car le Cinéma Suisse est certainement de grande qualité. Mais y a-t-il au monde un cinéma qui ne consiste que de films excellents ? Quel pays ne dispose pas de quelques films « ratés » ?

Christine Bolliger et les « Journées de Cinéma Suisse » nous donnent l’impression que, dans la patrie des films choisis, tous les films sont fantastiques : les long-métrages profonds et/ou amusants, les documentaires bien recherchés, tous bien filmés, les dialogués de qualité…

Autrement dit, le choix des films présentés aux « Journées de Cinéma Suisse » à Montpellier ont toujours été fait par de vrais cinéphiles qui savent ce qui est important. « Dans toutes ces années, je n’ai jamais vu un film qui ne m’aurait pas plu », rapporte une Montpelliéraine dans la quarantaine, fidèle au festival depuis six ans. « Entre-temps », continue-t-elle, je ne regarde même plus le programme. J’y vais aveuglement, me laisse surprendre. Et je ne l’ai jamais regretté. »

Cette année, où, ce week-end, ce dérouleront les 10ème Journées du Cinéma Suisse, la dame ne sera pas non plus déçue par la programmation. Entre « La Vanité de Lionel Baier », un film tragi-comique sur des personnes qui se rencontrent par leur envie de mettre fin à leurs jours, le « Grand Été » de 2015, en Suisse presque déjà un classique, « L’amère patrie » réalisé par un collectif de jeunes auteurs qui prouvent que, même dans le cinéma, on peut encore rénover sans négliger les anciennes valeurs, la séance des courts-métrages devenue partie classique du Festival et le dernier documentaire de Stéphane Goël traitant la question éternelle de la vie après la mort - on n’a qu’à choisir. Et le choix, ceci est certain, n’est pas facile.

En quoi cette 10ème édition se distingue-t-elle des autres années de festival à Montpellier ? - L’équipe, sans doute, est maintenant plus sûre d’elle. Ses membres savent que, bien qu’il y ait encore des gens prétendant ne pas avoir entendu parler d’un cinéma suisse, ils ont attribué, au cours des années, à le faire connaître et apprécier par le grand public montpelliérain. La programmation, en trois langues, mais toujours sous-titrée français, a la même qualité que les autres années… comment améliorer ce qui est déjà au top ? Les invités, acteurs et réalisateurs, qui assistent aux films pour, ensuite, affronter le public, sont nombreux et intéressants, comme chaque année…

Bref, pour ceux qui aiment le film, ce long week-end sera de nouveau un régal. Pour le bonheur des plus amoureux du cinéma, il durera jusqu’à lundi soir. Rendez-vous à la Salle Rabelais à partir de vendredi soir.
Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire