lundi 17 octobre 2011

Chantiers à Montpellier : trams et dédoublement de l'autoroute A9

Micro-trottoir sur les nouvelles lignes de tram à Montpellier et le dédoublement de l'autoroute A9

Les trams à MontpellierÀ Montpellier, beaucoup des choses vont changer. Surtout au niveau de la circulation...

Bien que, en ce moment, les Montpelliérains souffrent encore des travaux pour les lignes 3 et 4 du tram, on leur promet un avenir beaucoup plus rose en ce qui concerne la circulation dans la ville. Déjà, au printemps 2012, ils seront enfin "dédommagés" des problèmes de trafic qu'ils ont dû subir pendant plusieurs années  les lignes 3 et 4, les deux en même temps, seront inaugurées. Ensuite, le trafic à l'intérieur de la ville sera soulagé par le dédoublement de l'autoroute A9 autour de Montpellier. Bref : fini les embouteillages...

...espèrent ceux qui peuvent encore y croire. Une dame d'une trentaine d'années qui, le lundi matin, traverse la place de la Comédie n'en fait pas partie. "Je ne crois plus aux promesses", déclare-t-elle à l'équipe de Montpellier Presse Online. "Monsieur Frêche voulait construire un tram après l'autre, dans un rythme de quatre ans. Je ne veux pas dire que la construction de la ligne 3 n'aurait pas mis le bordel dans les rues, mais ç'aurait été moins grave que les deux lignes en même temps. Mais Monsieur Frêche n'est plus là, donc on n'écoute plus ce qu'il a dit." Et elle ajoute : "Maintenant, ils disent que tout rentrerait dans l'ordre au printemps 2012. J'y crois pas. Ils vont avoir d'autres idées pour nous rendre la vie dure."

La dame est bien informée - mieux, de toute manière, qu'une autre Montpelliéraine un peu plus âgée que la première qui, par contre, n'a pas perdu confiance. "Je ne sais pas quand tous ces travaux seront terminés", dit-elle, "mais je pense pas que ça dure encore longtemps. Après, on aura un joli tram de plus, et tout le monde sera content. Il ne faut pas râler tout le temps."

Bus, trams et chantiers à MontpellierLes Montpelliérains sont-ils râleurs ? "Je trouve qu'ils ont le droit de râler", décide un Monsieur d'une soixantaine d'années qui, comme il explique, visite souvent Montpellier "en touriste" pour voir ses petits-enfants. "Je connais Montpellier depuis plus de vingt ans, et j'ai toujours aimé la ville. Mais ce qu'ils en ont fait maintenant est exaspérant. Je ne retrouve plus la ville calme que j'ai aimée. Partout des chantiers, partout de vacarme. Autant vivre à Paris."

Une dame d'à peu près le même âge se fâche surtout sur la situation à laquelle les piétons sont livrés. "On dirait qu'on n'a plus le droit d'aller à pied à Montpellier. Les soi-disant zones piétonnes sont pleines de voiture et de vélos. Il y a plusieurs grandes rues qu'on n'arrive plus à traverser sans se mettre en danger, parce qu'ils ont enlevé les feux. On est livré à la gentillesse des conducteurs. Et des conducteurs des bus - même là où il y a encore des feux. L'autre jour, à la rue de la République, j'étais obligée d'attendre trois phases de rouge avant que je puisse traverser. Parce que chaque fois, un bus s'est arrêté juste devant moi, et je n'avais pas la place de passer entre les travaux et le bus. Il fallait que j'attende le feu vert pour les bus - et les voitures passent et le feu rouge arrive de nouveau, et déjà, il y a un autre bus devant moi. J'ai fait signe aux conducteurs des bus de me laisser passer - mais non, ils n'ont pas besoin d'aider les piétons."

Une autre dame qui a expérimenté des problèmes comparables constate : "Quand on ne circule ni en voiture ni en tram ou bus, on a l'impression de ne pas exister dans la tête de ceux qui planifient le nouveau Montpellier. Ont-ils oublié que les piétons existent ?"

L'information du dédoublement de l'autoroute A9 n'a pas encore atteint beaucoup de monde. "Non, je ne savais pas", reconnaît un Monsieur d'une quarantaine d'années. "Autrement dit, les bouchons éternels de Montpellier vont aussi affecter l'autoroute." Et il ajoute : "Les politiciens ne peuvent-ils pas nous laisser vivre tranquillement ? Ce sont eux qui gagnent l'argent et nous qui souffrent de leurs mauvaises idées."

Un autre Monsieur, à peu près du même âge, n'est pas informé non plus. Il réfléchit avant de répondre, puis : "Quand l'autoroute sera dédoublée, le trafic roulera probablement mieux. Ça sera donc une bonne idée. Mais d'ici là il y aura des travaux. Et je vous dis, on en a assez des travaux à Montpellier. Personnellement, je préférerais qu'on laisse l'autoroute telle quelle et qu'on finisse avec tous ces travaux."

Une dame dans la cinquantaine est mieux informée. "Oui, je sais", réagit-elle, "et je trouve ça bien. Montpellier est une ville moderne qui a besoin d'un réseau de routes modernes. Dans quelques ans, on sera fiers de tout ce qu'on aura fait pour nous."
Photos et texte : copyright Doris Kneller


Aucun commentaire:

Publier un commentaire