mercredi 24 septembre 2014

Gymnastique à Montpellier

Que, à Montpellier, pense-t-on des bienfaits de la gymnastique ?


Tout le monde le sait, mais beaucoup ne veulent pas le savoir : la gymnastique est utile pour le corps et l'esprit. Et cela compte pour tous les âges. Effectivement, la gymnastique adaptée à l'âge et à la santé et exercée régulièrement aide plus à garder la forme qu'un sport plus exigeant et violent. Tout d'abord, elle crée de nouvelles relations avec le corps et redonne la confiance dans ses mouvement et sa force. Il n'est même plus nécessaire de parler de son impact sur l'appareil cardio-vasculaire. La gymnastique régularise la pression artérielle, elle entretien la souplesse articulaire - bref, elle nous tient en forme et améliore la qualité de vie en général.

Autrement dit, la gymnastique offre tant d'avantages que tout le monde devrait s'y livrer régulièrement... c'est au moins ce que pensent beaucoup de Montpelliérains ou, plus encore, des Montpelliéraines. Toutefois, la différence entre celles et ceux qui estiment qu'ils "devraient" faire la gymnastique et le vrai nombre de visiteurs des salles de gym à Montpellier est énorme - surtout à partir d'un certain âge. Ainsi, à partir de 65 ans, juste une personne sur quatre fait encore du sport. L'équipe de Montpellier Presse Online a interrogé les Montpelliérains sur ce phénomène.

Malgré tout, les salles de sport, pour la plupart associatives comme celle de l'association Atout Forme qui mise plutôt sur le maintien en forme et la gymnastique douce, de toute manière, sont bien fréquentées par des gens de tous les âges. Toutefois, comme presque partout à Montpellier, le groupe des adultes - entre 30 et 50 ans - et plus représenté que celui des jeunes ou des seniors.

 
La dame dans la soixantaine qui se promène sur la Comédie ne semble pas aimer le sujet. "Je suis trop vieille pour faire de la gymnastique", proclame-t-elle un peu contrariée. "Ça c'est quelque chose pour les jeunes. Ils ont besoin de se dépenser.
 
La gymnastique est-elle vraiment "quelque chose" pour les jeunes ? En ce qui concerne Montpellier, du moins, la dame n'a pas forcément raison. "Si je fais de la gymnastique ?" répète une autre dame, légèrement plus âgée que la première. "Mais bien sûr, chaque semaine. Depuis la retraite. Et je vous garantis, je rajeunie tous les jours, grâce à ça." D'après elle, son cours pour seniors est très fréquenté. "La gymnastique est idéale pour mon âge. Puis on va souvent boire un café, après le cours." Elle ricane. "C'est agréable. Je me suis déjà faite des copines."
 
La gymnastique comme facteur de vie sociale ? Pourquoi pas. Cependant, la gymnastique à Montpellier ne semble pas être réservée aux retraités. "Oui, j'y vais souvent", explique une étudiante. "Mais rarement seule. Je préfère que ma copine vienne avec moi. Ou mon copain. Mais lui, ça le tente rarement. Il préfère du 'vrai' sport comme courir ou le foot."
 
Le cas de la jeune femme paraît "typique" pour la fréquentation des salles de gym à Montpellier. Les femmes y sont plus représentées que les hommes, et beaucoup d'amatrices de la gymnastique viennent à deux ou en petit groupe. "C'est pour se motiver l'une l'autre", sourit une dame d'une quarantaine d'années qui, depuis quelques mois, fait régulièrement sa gymnastique. "Je ne sais pas si j'aurais le courage toute seule, mais j'en ai tellement besoin." Son sourire est un peu triste. "Y a trop de kilos qui se sont accumulés."
 
"Pour moi, la gym est idéale, et je connais beaucoup de femmes qui sont du même avis." La dame dans la trentaine aime évidemment bouger. "Après une journée au bureau, je me sens malade si je ne fais pas quelques exercices. Je n'aurais pas le temps pour autre chose comme, par exemple, faire du vélo. Le vélo est pour le weekend, la gym pour tous les jours."
 
Un homme d'à peu près le même âge n'est pas de son avis. "Le sport", dit-il avec un mélange de regret et de honte dans la voix, "ne m'intéresse pas. J'ai pas le temps. Mais si j'étais sportif", ajouta-t-il, "j'irais plutôt nager, comme mon frère."
 
Un homme dans la cinquantaine fait le point. "Quand je serai en retraite, j'irai probablement faire de la gymnastique avec ma femme. D'ici là, je préfère mes soirées devant la télé ou, de temps en temps, dans un bon restaurant. Oui, oui, je sais..." Il s'interrompt en rigolant. "Ma femme me dit toujours que j'aurai des problèmes plus tard, quand j'aurai soixante-dix ans. Elle a raison, j'en suis certain. Je risque d'avoir les articulations rouillées et des troubles de cœur. Mais qui me dit que je ne serais pas mort longtemps avant d'avoir atteint cet âge ? Et que voulais-vous faire contre la paresse ? C'est plus fort que moi, c'est comme ça."

Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire