jeudi 2 juin 2011

Équipement de surveillance automatique - un "tuyau" pour les agriculteurs autour de Montpellier

Un nouveau système de surveillance des données de l'agriculture : la surveillance de la température

Surveillance des données de l'agriculture
Depuis quelques semaines, la révolution dans l'agriculture habite à Montpellier. - À première vue, il s'agit juste d'un boîtier. Mais un peu plus tard, on comprend qu'on a affaire à une petite merveille de la technologie de surveillance des données de l'agriculture.

L'idée est simple : si, déjà, on ne peut jamais éviter la défaillance d'un système, il vaut mieux en limiter les dégâts. Et pour limiter les dégâts, il faut être averti le plus rapidement possible... une "sagesse" que beaucoup d'agriculteurs ont dû apprendre d'une façon plutôt douloureuse. Ainsi, David Welch, Reg Smith et Chris Dodge, trois Anglais qui connaissent bien les problèmes avec lesquels l'agriculture peut être confrontée - et qui, en même temps, sont "fous" de l'informatique - ont décidé de joindre leurs savoir-faire pour apporter à l'agriculture une solution efficace à leurs risques principaux.

Pour Reg Smith et Chris Dodge, les techniciens, la nature de cette solution était claire dès le début : développer un système de surveillance et d'alarme ou, plus exactement, un équipement de surveillance automatique pour tout ce qui risque de mettre en danger la production d'un agriculteur, lié à un système d'alarme capable d'alerter le fermier à n'importe quelle heure, où qu'il se trouve.

Surveillance de la températureDavid Welch, Reg Smith et Chris Dodge, sous le nom de "General Alert", construisirent donc une unité centrale spécialisée à la surveillance des données de l'agriculture. D'abord, cet équipement de surveillance automatique fut testé en Angleterre - et les agriculteurs étaient enchantés. Puis, ce fut le tour aux professionnels de la Bretagne de faire des tests. Et maintenant, après les corrections, améliorations et l'ajout de toutes ces nouvelles idées suggérées par les expériences pratiques, General Alert lance son équipement de surveillance à Montpellier et dans ses environs. - "Pourquoi nous établissons notre base à Montpellier?" réagit David Welch à la question de l'équipe de Montpellier Presse Online. "Parce que je connais la ville depuis des années. Et je la trouve énormément sympa. Mais le Languedoc est aussi une région avec beaucoup de producteurs de melons, de pommes ou de salades qui peuvent profiter de notre équipement."

Et puis... c'est à Montpellier que vit Sarah Gardener, la jeune femme qui, une fois fait connaissance avec l'équipement de surveillance automatique développé par les trois Anglais, a décidé de s'engager pour lui. "C'est un produit formidable", explique-t-elle, "je n'ai jamais vu un système informatique si ouvert, avec tant de possibilités."

Prenons l'exemple d'un agriculteur qui, dans ses serres, cultive des plantes qui ont besoin d'une température spécifique. Il se sert donc d'un système régulateur de température - et espère que la technique ne le laisse jamais tomber. Car une défaillance de quelques minutes lui laisse peut-être la chance de sauver une partie de sa production. Mais s'il ne découvre le désastre que le lendemain, il ne peut probablement plus rien faire.

Pour éviter une telle catastrophe, il a besoin d'un équipement de surveillance de température automatique. De tels équipements de surveillance existent depuis longtemps - l'idée n'est pas nouvelle. Mais un alarme ne sert pas à grand-chose s'il se déclenche, par exemple, dans la serre tandis que l'agriculteur dort ou regarde la télé ou fait ses courses en ville - autrement dit, à un moment où il est trop loin de la serre pour entendre l'alarme.

La solution de General Alert implique donc non seulement la surveillance de la température et son enregistrement - ou, plus généralement, la surveillance des données de l'agriculture - mais aussi l'équipement d'alarme : d'un alarme qui se déclenche juste à côté de l'agriculteur. Ou directement dans sa poche... tout simplement par le biais de son téléphone portable.

Surveillance et alarmes de General AlertIl est vrai que, au moment où son téléphone sonne et sa serre "appelle à l'aide", il peut être loin - trop loin. Mais une fois le portable dans la main, ses possibilités sont multiples. Le système de chauffage branché à l'équipement de surveillance peut, par exemple, commander la température et résoudre le problème à distance. Ainsi, grâce à la réactivité de l'équipement de surveillance automatique, les chances que la production de l'agriculteur soit sauvée augmentent considérablement.

Un autre exemple du monde de l'agriculture moderne est l'incubation artificielle des œufs de poule. La couveuse se charge de la maintenance de la température nécessaire au processus de l'incubation, mais non de celle du local qui doit être constante entre 19 et 25 degrés. L'équipement de surveillance automatique développé par David Welch et Chris Dodge se charge de la surveillance de la température des deux dispositifs (il peut surveiller jusqu'à 48 dispositifs) en même temps - de celle de la couveuse qui, comme toute machine, peut tomber en panne et de celle du chauffage du local - et déclenche l'alarme dès qu'une variation de la température risque de poser problème.

Désormais, il suffit donc que l'agriculteur branche son téléphone pour qu'il puisse dormir tranquille...
Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire