jeudi 18 avril 2013

Chaises en fer forgé et métal brossé : art et artistes à Montpellier

Tables et chaises en fer forgé et métal brossé à Montpellier - une tradition méditerranéenne

Que Montpellier est une ville où l'art trouve un "chez lui", ceci est connu. Mais il est toujours étonnant de découvrir que les artistes et artisans avec des idées nouvelles ont des prédécesseurs qui ont déjà influencé l'histoire et l'histoire de l'art.
 
Ainsi, l'art bien établi à Montpellier de créer des meubles dans des matières alternatives au bois classique - par exemple des chaises en fer forgé et métal brossé - est déjà apparu au XIVème siècle. À cette époque-là, c'était le Maroc qui brillait dans la technique de travailler le fer.
 
Si, en général, on parle du fer, on pense en vérité au "fer forgé". Il s'agit d'une forme de fer très pure qui a l'avantage d'être facile à travailler et se lie à d'autres métaux. Ces vertus sont dues à un taux très faible de carbone. La malléabilité qui caractérise le fer forgé a pour avantage qu'on peut lui donner plus ou moins toutes les formes voulues - en fabriquer des grilles, des portes, des fenêtres, des tables ou des chaises en fer forgé. Elle présente, par contre, le désavantage d'être inapte à la fabrication des lames ou des épées.
 
La technique du métal brossé a été développée encore plus tôt. Là aussi, on se sert des métaux très purs qui ont l'avantage de pouvoir être travaillé facilement. L'idée du métal brossé cible évidemment un style plus décoratif que le métal non travaillé, mais il a aussi pour avantage d'être plus protégé contre les influences de l'environnement.
 
Toutefois, au XIVème siècle, il était encore rare qu'on fabrique des meubles en fer forgé ou, plus généralement, en métal brossé. Cette technique était plutôt réservée aux grilles, portes ou fenêtres. C'étaient les pauvres qui utilisaient des chaises en fer forgé - ceux qui ne pouvaient pas se payer le bois, matière assez chère dans le Maroc de l'époque.
 
Quatre siècles plus tard, par contre, l'idée d'appliquer les techniques du fer forgé ou du métal brossé sur des meubles avait gagné l'Europe - et elle n'avait plus rien de "pauvre". Elle fascinait un public qui pouvait bien se payer le bois mais qui, justement, voulait échapper à tout ce qui était renommé et classique. Vers la fin du XIXème siècle, un mouvement de créateurs s'était formé, menés par des architectes à la mode tels que Jean Dunand ou Eileen Gray, qui s'opposait au gâchis du bois pour la fabrication des meubles et s'engageait pour la fabrication des tables et chaises en fer.
 
Bien qu'au XIXème siècle et au début du XXème siècle, les meubles en fer forgé et métal brossé étaient populaires chez ceux qui avaient les moyens de se payer des meubles à la mode et, en même temps, de s'opposer à tout ce qui était toujours considéré comme classique, le "véritable" mouvement des tables ou chaises en fer forgé et métal brossé était toujours restreint à la Méditerranée - au climat, où des meubles plutôt "froids" sont agréables. Ainsi, les artistes montpelliérains de nos jours, bien qu'ils renouvellent des techniques plus ou moins oubliées depuis cent ans, s'inscrivent dans une tradition qui a marqué l'histoire de l'art et des mœurs.
Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire