mardi 18 mai 2010

La Comédie de la Santé à Montpellier : don d'organes, nourriture saine

Le don d'organes - enjeu de générosité : la Comédie de la Santé à Montpellier, édition 2010

Comédie de Santé, Montpellier"Oui, je suis passée sur la Comédie de la Santé à Montpellier", répond la dame dans la cinquantaine à la question de l'équipe des "Gens de Montpellier". "Ce n'est pas la première fois qu'ils font ça, n'est-ce pas ?" poursuit-elle, "et je trouve ça bien. Les gens, aujourd'hui, ne font pas attention à leur santé. On en parle tout le temps, mais on ne fait rien."

La dame a évidemment raison : déjà en 2009, la ville a présenté aux Montpelliérains une "Comédie de la Santé" qui, tout simplement, avait pour sujet la question du "Vivre en bonne santé à Montpellier". Cette année-ci, par contre, le thème de la manifestation était beaucoup plus spécial : il était question du don d'organes.

"Don d'organes ?", demande une autre dame, un peu plus jeune que la précédente, qui explique que, elle aussi, aurait "fait un tour" sur la Comédie de la Santé. "Non, je ne savais pas. J'ai pensé que ça tournerait autour de la santé en général." - De quels stands se rappelle-t-elle ? - La dame réfléchit. "Il y avait un camion pour faire des analyses. Puis la croix rouge. Je ne me rappelle plus bien." - Et combien des stands y avait-il, à peu près ? - "Je ne sais pas - une quarantaine, peut-être ?"

C'était en effet plus de soixante associations et organismes de la santé qui se sont rassemblés sur la place de la Comédie pour présenter aux Montpelliérains les défis de la santé. On parlait de la bonne nourriture, du diabète, des problèmes de vue et de l'audition, mais on évoquait aussi des problèmes comme le tabac et l'alcool, le manque de mémoire, des questions de poids et des malaises et maladies en relation avec l'âge. Il y avait aussi des associations d'aide comme, par exemple, SOS amitié. "Montpellier doit sa renommée à sa faculté de médecine", soutient Hélène Mandroux, maire de Montpellier, dans l'annonce de la Comédie de la Santé où elle évoque aussi les valeurs humaines (humanité et générosité) liées à un don d'organes. Et : "...quand on dit 'Montpellier', on pense 'médecine'..."

Place de la Comédie, MontpellierCeci est sûr : Montpellier a son mot à dire dans le domaine de la santé. Déjà il y a des centaines d'années, sa faculté de médecine produisait la plupart des médecins des rois. Aujourd'hui, bien qu'il y ait plus de rois en France, elle n'a rien perdu de sa réputation - et réputation oblige...

Mais la Comédie de la Santé ne parle pas seulement des maladies, mais aussi de la prévention. Et ici, l'alimentation joue sans doute un rôle essentiel. Ainsi, ceux qui s'intéressaient à l'alimentation n'avaient pas seulement l'occasion de visiter une exposition qui, plein d'humour, a été baptisé "Comment poussent les nouilles ?", mais aussi le droit de déguster des fruits et légumes et de participer à un quiz sur les fonds de la gourmandise qui n'exclurent pas la santé.

L'idée vient de Didier Allely, un Parisien qui a beaucoup voyagé pour, finalement, atterrir à Montpellier. Il est de l'avis que, de nos jours, une nourriture saine ne pose plus du problème - si on en a envie. Et pour en avoir envie, il faut s'y approcher d'une manière ludique. En plus, il a constaté que beaucoup d'enfants ne savent plus d'où viennent nos vivres. Y en a qui pensent que le lait est fabriqué par les supermarchés, et que les pâtes... poussent sur les arbres.

Ainsi, Didier Allely milite pour que tout le monde - et surtout les enfants - comprennent ce que "manger" veut dire. Qu'ils comprennent que la bonne nourriture n'est pas uniquement bonne pour la santé, mais aussi pour le goût. Bref, il ne veut pas "obliger", mais persuader...

Montpellier et sa Comédie de Santé...et où pourrait-il mieux persuader les gens des bienfaits d'une nourriture saine que sur la "Comédie de la Santé". "Non, je n'ai pas vu la Comédie de la Santé. Je n'habite pas au centre", explique une dame dans la trentaine. "Mais oui, la nourriture saine est très importante pour moi. J'ai deux enfants, et je veux qu'il soit nourris sainement."

Une autre dame, un peu plus âgé que la première, ne voit pas tant de sens dans ce qu'on appelle la "nourriture saine" : "On ne nous vend pas des saletés, ce n'est pas vrai. Tout est surveillé, surtout dans les grandes surfaces. Ceux qui nous racontent qu'il faut manger bio et je ne sais pas quoi encore ne veulent qu'encaisser. La nourriture en grande surface est moins chère et au moins aussi correcte que celle qu'on achète chez les petits producteurs qui ne cessent de parler du 'bio'. Au contraire : les petits producteurs peuvent faire ce qu'ils veulent, avec la nourriture. Personne ne les observe du près."

Un Monsieur dans la quarantaine est de son avis : "Avez-vous jamais essayé de nourrir quatre enfants en bio ? Vous pouvez le faire - si vous êtes l'héritier d'une grosse fortune..."

"Le bio, c'est trop cher", est aussi l'avis d'une dame dans la cinquantaine. - Or, faut il manger bio pour se nourrir sainement ? - "Bien sûr", explique une autre dame, un peu plus jeune. "Le bio est la base de la nourriture saine."

Toutefois, bien qu'on parle beaucoup de la nourriture, bio ou non, pendant ces deux jours de la Comédie de la Santé, le don d'organes reste au centre de l'attention. Une conférence est consacrée à ce sujet, et ceux qui voulaient "voir" avaient la possibilité de visiter une exposition où on pouvait tout apprendre sur les organes et les tissus.
Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire