jeudi 15 janvier 2015

Gymnastique à Montpellier : la gymnastique dans toutes ses formes

Pour les Montpelliérains, la gymnastique est-elle un simple sport, une expression du corps ou un exercice spirituel ?

Pour beaucoup de Montpelliérains, l’hiver est la saison de la gymnastique. « C’est un sport qu’on peut exercer dans la salle », explique une dame dans la quarantaine, « depuis toujours fan » de toute sorte de gymnastique. « En été, les gens préfèrent être dehors. La gymnastique se fait aussi à la plage ou à d’autres endroits où on a la place, mais en général, c’est un sport de salle. » Elle aime tant la gymnastique qu’elle ne comprend pas les gens qui ne s’y intéressent pas : « Il n’y a pas d’autre sport qui est si varié. Gymnastique n’est pas gymnastique. Il y en a pour tout le monde. »

Face au faible chiffre des gens accros à la gymnastique à Montpellier, l’équipe de Montpellier Presse Online voulait savoir, si les Montpelliérains sont informés de cette variété dont parle la dame amoureuse de la gymnastique. Les premières réponses étaient décevantes : la plupart des personnes interrogées ont haussé les épaules ou lancé des phrases : « La gymnastique, c’est la gymnastique. » ou « C’est plier le corps, faire des pompes, lever les jambes,… » Mais personne n’était au courant de la différence entre les diverses formes de la gymnastique.

Jusqu'à ce que, Montpellier Presse Online tombe enfin sur un expert, un Monsieur d’une cinquantaine d’années qui, comme la dame, fait la gymnastique « depuis toujours » : « Pour les gens de mon âge, il est préférable de se contenter de la gymnastique douce. Elle nous aide à garder la forme, mais elle n’est pas trop dure pour un cœur peut-être déjà un peu faible ou des jambes lourdes. » 

Gymnastique pour se maintenir en forme - est-ce « un truc de vieux », comme l’appelle un jeune de quelque 17 ans qui, « conforme à mon âge », préfère le vélo ? « Non, je ne crois pas », répond une dame d'une vingtaine d'années. « Je n’ai pas envie de faire du sport, ni envie ni le temps. Mais la gymnastique, ça va, ça ne demande pas trop d’effort, et ça aide à garder la ligne. »

« Moi je fais la gymnastique rythmique », répond un Monsieur d’une trentaine d’année à Montpellier Presse Online. « Je sais », ajoute-t-il rapidement, « c’est rare qu’on homme aime la gymnastique rythmique, mais je ne suis pas le seul. Elle lie le mouvement du corps à la musique, bien que la musique ne domine pas, comme dans la danse, mais le corps. Le corps ne s’exprime pas en suivant la musique, mais à l’aide de la musique, c’est différent. La musique au service du corps. En plus », dit-il encore comme si il avait besoin de se défendre, « depuis 1984, la gymnastique rythmique est un sport olympique. Il est alors normal qu’elle est exercée par des femmes et par les hommes. »

Une dame d’à peu près le même âge qui, elle aussi, pratique la gymnastique rythmique parle plutôt du « sentiment d’être dans un groupe » : « On peut la faire seule, chez soi. Mais en général, ça se fait avec d’autres avec qui on se sent en phase. C’est ça qui me plaît le plus : être en phase avec d’autres, même si ça ne dure que quelques minutes. »

« Oui, je fais la gymnastique, presque tous les jours », raconte une dame dans la quarantaine. « Mais pas n’importe laquelle. Pour moi, c’est la gymnastique artistique. Voir une femme ou un homme qui exerce ce sport avec toute l’élégance et légèreté est une expérience très agréable. Personnellement, je préfère la gymnastique artistique au sol, je me sens pas trop bien aux barres. Pour les barres ou le saut de cheval, il faut être plus acrobate. Mais pour des femmes peu sportives comme moi, le sol est excellent. »

Comme la plupart des gymnastiques, aussi la gymnastique artistique est un sport reconnu par les jeux olympiques. « Les enfants qui commencent tôt avec la gymnastique artistique apprennent la coordination idéale des mouvements. Le corps entier est en harmonie », continue la dame. « Je n’ai malheureusement pas le niveau, mais les personnes qui la maîtrisent vraiment sont très créatives. Ils s’inventent des compositions de mouvement qui, pour quelqu’un qui ne connaît pas cette discipline, semblent venir directement du corps. Je dirais que la gymnastique artistique montre la perfection et la beauté du corps humain. »

« Est-ce que je connais la différence entre les formes de gymnastique », réfléchit une dame dans la cinquantaine. « Non, pas vraiment. » Elle hésite. « Si. Un jour, en été, j’ai vu un spectacle de gymnastique acrobatique. Mais ça n’avait rien à voir avec la gymnastique qu’on fait dans nos salles de gym. Ces gens-là, des Espagnols, étaient de véritables acrobates. Ils avaient une maîtrise de corps dont nous ne pouvons que rêver. »

« La gymnastique n’est pas ma tasse de thé », répond une dame dans la trentaine à la question de Montpellier Presse Online. « J’adore par contre le Taïchi. Bon, on peut dire que c’est aussi une forme de gymnastique. En fait, il y a deux formes de Taïchi : celle qui est purement physique et celle qui est un mélange d’exercices physiques et spirituels, avec la méditation après l’effort physique. A l’origine, le Taïchi était un art de défense, mais entre-temps, c’est plutôt un art de relaxation et de recherche de soi. »

Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire