lundi 1 mars 2010

Peyrou et le Champ de Mars : Montpellier, les Montpelliérains et leurs plans d'eau

Montpellier, aqueducLe beau et l'utile - Montpellier, une histoire d'eau

Lorsque, ces jours-ci, il pleut à Montpellier, il y a des gens qui ne sont pas contents. Il n'y a pas si longtemps, par contre, chaque goutte d'eau tombée du ciel a été accueillie avec joie. Montpellier et sa pénurie d'eau, ceci est toute une histoire...

Pourtant, les Montpelliérains et leurs maires avaient toujours de bonnes idées... et ils ont réussi à transformer le besoin en beauté. Ainsi, Montpellier n'a pas seulement atteint son projet des 100 fontaines - un projet d'abord rêvé, plus tard planifié pendant des années - mais une multitude de plans d'eau.

Un des plus anciens est le plan d'eau du Peyrou. Il fait partie du château d'eau, construit en 1768 et lié à l'aqueduc qui mène vers Saint Clément de Rivière. Comme tous les châteaux d'eau, aussi celui du Peyrou servait comme réservoir et bassin de distribution de l'eau. L'idée était de distribuer l'eau sans pression - on n'avait évidemment pas encore l'habitude des pompes électriques.

Montpellier, PeyrouEt quel endroit à Montpellier aurait été mieux placé que le Peyrou pour construire un tel château d'eau ? Louis XIV savait très bien où il plaçait sa statue - et Louis XIII savait très bien où il fallait stationner ses troupes pour bombarder la ville : au point culminant de la ville.

Ainsi, le Peyrou, le jardin aménagé à l'honneur du roi qui, d'abord, a été considéré comme ennemie de Montpellier, n'est pas seulement un endroit de plaisir pour les rois et, aujourd'hui, les Montpelliérains, mais aussi un lieu stratégique pour la distribution de l'eau.

Un autre plan d'eau bien connu et aimé par les Montpelliérains est celui du Champ de Mars, le petit parc juste à côté de l'Esplanade. Si on regarde les jardins ou parcs "classiques" de Montpellier, on se rend compte qu'il n'y a pas un seul sans pièce d'eau. Et il est clair qu'un paysagiste de la qualité et du professionnalisme d'un Édouard André n'y aurait pas renoncé.

Champ de Mars, MontpellierToutefois, même si Édouard André n'avait pas eu envie d'orner le Champ de Mars d'un plan d'eau, les Montpelliérains l'y auraient probablement obligé - car, pour quelqu'un qui vit dans une ville méditerranéenne, il est difficile d'oublier la valeur de l'eau. Ainsi, le Champ de Mars n'a pas seulement été doté d'un petit lac, mais aussi d'une fontaine. Il y a longtemps que les ingénieurs ont constaté que chaque fontaine aide à distribuer d'une façon plus équilibrée l'eau issue de la nappe phréatique. Un plan d'eau associé à une telle fontaine est idéal pour, en plus, stocker le liquide précieux. Ainsi, la fontaine et la pièce d'eau du Champ de Mars lient l'utile au beau...

Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire