lundi 8 mars 2010

Montpellier, ville culturelle, ville de loisir... du Champ de Mars au Café Philo

Peut-on être seul à Montpellier ? - Micro-trottoir

Les bords du Lez, MontpellierMontpellier, ville culturelle, ville des mille événements, où "tous les soirs on n'a qu'à choisir entre les bons spectacles" - peut-on être seul à un tel endroit ?

"Si je me sens seule ?" répète la dame d'une trentaine d'années qui attend le tram au Corum. "Non, vraiment pas. Mais j'aimerais bien être seule, parfois. Avec deux enfants et un travail à plein temps, c'est un bonheur rare."

La dame d'à peu près le même âge qui attend le tram en direction de la place de la Comédie a une autre idée du bonheur. "Seule ? Oui, je suis seule. Cela fait maintenant six mois que je suis à Montpellier, je n'ai personne." - Ne pourrait-elle pas se faire des amis ? - "Comment voulez-vous que je me fasse des amis ? Je ne connais personne, personne ne m'invite. Je ne peux pas demander aux gens dans la rue s'ils veulent être mes amis."

Parler aux gens dans la rue ? L'idée est si séduisante que Les gens de Montpellier la propose à une dame dans la quarantaine qui se promène sur l'Esplanade. La dame hésite. "Demander aux gens dans la rue s'ils veulent être mes amis ?" Puis, elle se met à rire. "Excellent. Pourquoi pas ? Une ville où tout le monde parle à tout le monde... ça serait vraiment la belle vie." Ensuite, elle devient sérieuse. "C'est un beau rêve, mais impossible. Les gens de nos jours ont trop peur. Tout le monde pense que tout le monde serait son ennemi."

place Jean Jaurès à MontpellierAinsi, ne y a-t-il vraiment aucune possibilité de se faire des amis à Montpellier ? "Rien de plus facile", répond une autre dame, elle aussi dans la quarantaine. "Montpellier est une ville très ouverte. Moi-même, je suis ici depuis trois ans. Quand je suis arrivée, j'étais toute seule. Mais j'avais envie de me faire des copains et des copines. Et voilà, je suis arrivée." - Voudrait-elle nous donner sa "recette" ? - "C'est pas difficile. À Montpellier, vous avez tant de manifestations culturelles, des clubs, des rencontres - il suffit de choisir." - Quel genre de manifestation la dame a-t-elle donc choisi pour se faire des amis ? - "J'aime beaucoup parler anglais. Ainsi, je vais, par exemple, à ce qu'on appelle le "café Babel", un échange de langues très convivial. Il a lieu tous les mardis soirs à la Brasserie le Dôme.

Apparemment une bonne adresse. - Le Monsieur d'une cinquantaine d'années qui, seul, prend un café sur une des terrasses de la place de la Comédie en connaît-il d'autres ? - "Si un Montpelliérain peut se sentir seul ? Eh oui, absolument." Il raconte qu'il vit à Montpellier depuis une dizaine d'années, mais qu'il a perdu tous ces amis après sa séparation de sa femme. "Ma femme est partie", dit-il d'un ton amère, "et avec elle tous nos amis." - Ne sort-il pas pour s'en faire d'autres ? - "Où voulez-vous que j'aie ? Tout seul, rien ne fait plaisir. De temps en temps je bois un café sur la Comédie pour regarder ceux qui sont moins seuls que moi."

Un autre Monsieur, un peu moins âgé, a de bons conseils à donner. "Seul à Montpellier ? Non, y a assez de choses à faire. Allez au café philo ou aux conférences, par exemple les mercredis à l'Agora des Savoirs. Ou achetez la Gazette. Elle ne coûte pas cher et vous y trouvez toutes les sorties de la semaine."

Et les étudiants ? "Se sentir seul à Montpellier ?" répond une jeune dame d'à peine vingt ans. "Je pense que c'est impossible. Sauf si vous avez vraiment envie d'être seul." - Un étudiant a-t-il donc tant de possibilités de se faire des amis ? - "Pas seulement un étudiant, tout le monde. Ne connaissez-vous pas, OVS, je veux dire On va sortir ? C'est un site Internet où tout le monde peut publier ses idées de sortie, et tout le monde peut participer. Il y a des randonnées, des sorties en boîte, des sorties au ciné, au restaurant, boire un verre, faire la fête,... pour tous les âges. Il n'y a rien que vous pouvez pas faire avec OVS, et tout le monde peut y trouver des amis."

Montpellier, l'Ecusson"Seule à Montpellier ?" La dame d'une trentaine d'années sourit. "Au début, peut-être, oui. Mais plus tard, j'y ai rencontré mon mari. Maintenant, on est heureux à Montpellier." - Où a-t-elle rencontré son mari ? - Elle rit. "L'histoire est un peu absurde. C'était un dimanche, et je me suis promenée dans le petit parc à côté de l'Esplanade." - Elle parle du Champ de Mars. - "Là, j'ai vu trois enfants qui ont joué avec un petit chien ou, plutôt, qui ont torturé le petit. Je ne peux pas voir des animaux qui souffrent. Je les ai donc engueulés, et ils ont lâché le chien. Mon mari était assis sur un banc, et il a tout vu. Quand les enfants étaient partis, il s'est levé pour me dire que j'aurais bien agi. Ensuite, il m'a invité à prendre un verre. C'est comme ça qu'on s'est connus - un dimanche au centre de Montpellier."

Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire