samedi 5 décembre 2009

Flash Mob pour Copenhague : Montpellier fait du bruit pour la planète


Trois minutes de vacarme à Montpellier pour réveiller nos dirigeants

Ils sont tous venus au "Flash Mob" : des représentants des Verts, les membres de Greenpeace avec sa horde de "pingouins mutins, réfugiés climatiques", et ceux des autres neuf associations qui ont organisé cette manifestation "haute et forte" pour l'ultimatum climatique - et, bien sûr, plein de gens qui, tout simplement, plaident pour la santé de notre planète. Les un ont crié, les autres tapé sur tout ce qu'il ont trouvé, de l'instrument de musique jusqu'à la casserole pour, comme disent les Verts "réveiller nos dirigeants et éviter de se diriger vers un accord sans substance".

Les dirigeants devraient prendre les décisions qui s'imposent pour sauver le climat et l'avenir de l'humanité, a expliqué le président de Greenpeace Montpellier lors qu'il a ouvert la manifestation. L'équipe de la mairie de Montpellier, également présente pour montrer son amour pour la planète, lui a donné raison.

Et, sans doute, il est temps de prendre les bonnes décisions. Le réchauffement climatique n'est pas une légende. Si les nations ne signent - et respectent - pas un engagement pour le stabiliser à un maximum de deux degrés, la survie des espèces, et donc de l'humain, ne sera plus assurée. Comme l'a expliqué Thierry Salomon, expert des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, lors du dernier Café vert à Montpellier, il est nécessaire de réduire les émissions CO2 de 80 pour cent - alternativement, l'effet de serre entraînerait des changements climatiques irréversibles d'ici 2050.

Déjà maintenant, 300 000 personnes meurent chaque année : des victimes de la sécheresse, des inondations ou des épidémies, c'est-à-dire des phénomènes qui sont dus au réchauffement climatique. Bien sûr, les nations de notre hémisphère peuvent être "tranquilles" car, jusqu'à maintenant, les grandes catastrophes ne se jouent que dans les pays du Sud. Or, ce calme est trompeur. Déjà, de grosses tempêtes ont dévasté des parties de la France et d'autres pays de notre zone, il pleut plus qu'avant dans les régions du Nord, et l'eau est devenue encore plus rare dans les pays de la Méditerranée.

Selon les diagnostics des scientifiques, cette tendance vers un climat extrême s'intensifiera de plus en plus. Chaque année, elle se fera un peu plus remarquer, à l'hémisphère Sud, mais aussi au Nord… si l'humanité ne fait rien. Le sommet de Copenhague donne une chance sérieuse de stopper la course contre la santé de la planète. Et c'est pourquoi Montpellier a fait du bruit...

Photos et texte : copyright Doris Kneller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire