dimanche 10 janvier 2010

Le Corum des Peintres : Montpellier et ses artistes

Une chance aux peintres montpelliérains : une expo sans contraintes

Corum des peintres"Cette exposition est une chance sérieuse pour les artistes jeunes et inconnus d'être découverts", commente une visiteuse du "Corum des Peintres" à Montpellier. Et, en effet, c'est déjà la 15ème fois que 120 peintres montpelliérains et de l'Agglo ont la possibilité d'exposer leurs œuvres au Corum. Personne ne trie, personne ne les juges, les peintres sont seuls à décider, si leurs tableaux sont dignes d'être exposés - ou, comme l'exprime le site de la ville de Montpellier : "Aucune sélection n'est effectuée." Le plus rapide aurait gagné : "Seules les 120 premières inscriptions sont prises en compte."

Ainsi, les tableaux n'ont pas tous la même qualité - mais la qualité se discute : les visiteurs ne sont pas tous du même avis. "Je ne sais pas", répond un Monsieur à la question, si l'exposition lui plaît, "je ne me sens pas capable de décider, si les tableaux sont bien faits ou non." Une dame, par contre, se fâche un peu : "Je trouve que c'est trop amateur. Certains tableaux ne sont pas mal, mais d'autres sont pure provocation." Elle indique un tableau de Mauricio Oliveira où un X noir est peint sur un texte qui commence par "Mais c'est ça la jeunesse qui veut prendre le pouvoir…" et finit par "Quant à vous… le jury est bien sympathique mais il est incompétent." Et : "Dieu est libre".

Maricio OliveiraEntre les visiteurs, une discussion s'enflamme sur les fautes de français dans le texte du tableau de Mauricio Oliveira. Les uns pensent qu'elles font partie de la "provocation" - tandis que les autres constatent qu'il n'y a pas beaucoup de fautes : "S'il avait voulu provoquer par des fautes", explique une dame, "il en aurait fait plus. Je crois plutôt qu'il ne sait pas, comment écrire certains mots."

On peut estimer l'œuvre de Mauricio Oliveira ou non, mais une chose est sûre : on en parle. Toutefois, il y a aussi d'autres tableaux qui déclenchent des discussions. Les tableaux qui montrent des paysages au ciel bleu sont généralement appréciés, mais : "Le peintre aurait pu prendre une photo, ça aurait été pareil et plus naturel..."

Peinture à MontpellierDe toute manière, les peintres de Montpellier et de l'Agglo ne peuvent pas se plaindre - les Montpelliérains s'intéressent à l'art : 648 visiteurs le samedi et quelque 200 dimanche matin. L'exposition est donc un succès. - Et le succès des peintres ? "J'ai acheté deux tableaux", témoigne un Monsieur, "je ne pouvais pas résister." Achète-t-il souvent des tableaux ? "Non, vraiment pas. Je suis pas riche, je ne peux pas me le permettre. Mais ici, j'ai carrément craqué."

Art et culture à MontpellierEt il n'y a aucun visiteur qui n'aime pas au moins l'un ou l'autre tableau. Comme la participation à l'exposition ne dépend ni d'un sujet ni d'une technique, la diversité est extrêmement large. Toutes les techniques courantes sont représentées : l'huile, l'acrylique, l'aquarelle et même le collage. Et les sujets sont aussi diverses que les techniques - on fête la beauté de la région, on fixe des scènes de la vie quotidienne, on rêve des voyages, on se délaisse dans la spiritualité. Le figuratif est accroché à côté de l'abstrait, le "pinceau classique" se tient à côté de la peinture "révolutionnaire", du provocateur, de l'imaginaire.

"Si l'expo me plaît ?" réfléchit un autre Monsieur. "C'est très dur à dire. Déjà, ils sont tous des amateurs, on ne peut alors pas appliquer les mêmes critères qu'à un peintre professionnel. Puis, les tableaux sont si différents. Il est impossible de les comparer." Et une dame : "Je me sens un peu perdu. Je crois qu'il y a des tableaux que j'aime. Mais je ne suis pas artistes…"

Peintres montpelliérainsL'idée d'une telle exposition est-elle bonne ? La ville devrait-elle continuer à aider ses peintres à se présenter au public ? - "Oh oui," s'extasie une dame, "oh oui. Sûr. Je trouve ça formidable. Enfin une possibilité de voir des tableaux que, normalement, on ne voit nulle part. Les musées ne prennent pas des artistes inconnus, et une galerie est obligée de penser à son chiffre d'affaires. Ici, pour une fois, personne ne pense à l'argent. Il n'y a pas de préjugé, pas de critère, pas de règle, pas de contrainte - on vient juste pour contempler ce qui est beau…"

Art et artistes à Montpellier
Montpellier et son Agglo face à la culture
Photos et texte : copyright Doris Kneller

2 commentaires:

  1. J'étais invitée au "vernissage" mais il faisait trop froid (j'ai des pb respiratoires, snif).

    Très intéressant reportage comme d'habitude. Tu as du talent! Ca serait bien si chaque fois que tu commentes une manifestation culturelle tu pouvais savoir combien l'organisation a coûté..... Mais ça ne doit pas être chose facile :-)

    RépondreSupprimer
  2. http://maumauriciooliveira.blogspot.fr/2012/09/detail-du-tableaux-carnaval-venal.html

    RépondreSupprimer